[Économie] Congestion du port de Douala : le démenti de l'administration portuaire

Les opérations de chargement et de déchargement se déroulent sans encombre contrairement au tract qui circule le 15 octobre 2021 selon Rawul Minlo, le patron de la communication de cet espace portuaire. A la suite d’un communiqué de Maersk, leader mondial du transport maritime, qui annonce une congestion du port de Douala, Rawul Minlo, le patron de la communication du port autonome de Douala dément formellement. « Le Port de Douala-Bonaberi n’est pas congestionné, encore moins le Terminal à Conteneurs. Les opérations de chargement et de déchargement se déroulent sans encombre contrairement au tract qui circule le 15 octobre 2021 nuitamment et qui datent du 9 février 2021. », a-t-il écrit en commentaire sous une publication du lanceur d’alerte Boris Bertolt. Selon l’ancien journaliste de la CRTV, le Port Autonome de Douala est l’organisme de gestion de la plate-forme des opérations du commerce extérieur qu’on appelle Port de Douala-Bonaberi. Donc il ne peut pas avoir de congestion dans les bureaux du PAD situé à Bonanjo… « Par ailleurs, Paul Joel Kamtchang, pour sa gouverne, il y a une crise de Conteneurs vides dans le monde et le Port de Douala-Bonabéri refuse le stockage sur son yard…et les Conteneurs vides ne sauraient créer une congestion. », ajoute Rawul Minlo. En mars 2020, des mouvements d’humeurs des clients ont été enregistrés devant les guichets Facturation de la RTC. Et pour cause, la baisse vertigineuse du réseau internet qui ralentit la vitesse des traitements des dossiers. Les éclats de voix des clients devant les 16 guichets et les 3 caisses de la RTC font partie du lot quotidien. La menace plane Selon un transitaire, « un dossier peut être traité en 45 minutes contre maxi 5 minutes auparavant», fulmine-t-il. Voilà qui explique le communiqué rendu public par la RTC vendredi dernier soulignant que « les activités du terminal à conteneurs connaissent un ralentissement sans précédent au niveau au niveau des guérites et du guichet facturation », se plaint Faustin Dingana, le DG de la RTC qui pointe un doigt accusateur sur ses 2 fournisseurs d’accès internet que sont Camtel et MTN. « C’est trop facile. En janvier, la RTC accusait DIT d’être parti avec les codes et les serveurs. Maintenant, il y a blocage. Et ils accusent Camtel et Mtn. Ce n’est jamais leur faute ? Il faut que la RTC assume ! », fulmine, un transitaire qui redoute la facture de surestaries et de stationnement.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps