[Économie] CDC :Le Minader effectue une visite pour s'enquérir de la situation

La crise anglophone qui touche deux régions du pays n’est pas sans conséquence à la Société camerounaise de développement CDC. Une conséquence lourde qui a forcé le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbairobe, à se rendre Limbé le 5 juillet pour se faire sa propre idée. Il voulait constater par lui-même à quel point la crise dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest a affecté l’entreprise agro-industrielle tant sur le plan de la main d’œuvre rare, que de la production qui est en baisse. M. Mbairobe a profité de sa visite pour assurer aux plus de 20 000 travailleurs de la CDC que le gouvernement s’engage à les voir retourner effectivement au travail dans tous les domaines de la société. Cette visite l’a conduit à la plantation de palmiers à huile de Bota Limbe, à l’usine d’emballage de la banane de Mapanja I et à l’usine de caoutchouc de Tiko. La situation de la CDC et l’incidence de la crise anglophone sur son rendement a ensuite été présentée au ministre par le président du conseil d’administration de la société, M. Benjamin Itoe, son directeur général, Franklin Njie, et un représentant des travailleurs. Ils ont révélé que la plupart des domaines des Palmeraies et de Bananeraies avaient été complètement fermés à la suite de la crise anglophone. L’Honorable Efite Andrew, au nom des travailleurs, a lancé un appel pour que la subvention en attente de 9,3 milliards de FCFA destinée au paiement des arriérés de salaire soit versée et que l’atmosphère soit rendue propice à la reprise effective du travail. Le ministre a félicité les travailleurs pour leur engagement et leur discipline face aux défis actuels. Il leur a assuré que le chef de l’Etat, Paul Biya, était conscient de leur sort. “Je veux apprécier la volonté de tous les travailleurs de reprendre le travail et d’exprimer leur attachement à notre principale valeur qui est la paix, le travail, la patrie. Je peux leur assurer que le gouvernement n’épargnera aucun effort pour payer leur salaire, les arriérés et donner de l’argent pour que les plantations et les usines soient de nouveau en activité. “ La CDC est parmi les entreprises les plus durement touchées par la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Le secteur de la banane est totalement fermé, les travailleurs ont entre 7 et 12 mois d’arriéré de salaire, beaucoup ont été agressés et torturés. Certains véhicules et installations de la société ont été incendiés. Environ 16 travailleurs des CDC auraient été tués et environ neuf autres auraient été blessés par une arme à feu. L’entreprise compte environ vingt mille contrats de travail et une masse salariale mensuelle d’environ 2,5 milliards de FCFA. Pas moins de onze mille emplois sont menacés à l’heure actuelle.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App