[Économie] camair-Co : un constructeur Brésilien pour sauver la compagnie

La compagnie aérienne nationale, Camair-Co, pourrait bénéficier de l’expertise d’Embraer dans les prochains mois. Une aubaine à saisir absolument après l’échec chinois des Maco. En cessation d’activités depuis mars 2020, la compagnie aérienne nationale, Camair-co , pourrait être assistée dans sa relance par Embraer qui jouit d’une forte expérience en Afrique . L’ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire, Vivian Loss Sanmartin l’a fait savoir le 2 octobre dernier au cours d’une séance de travail avec le ministre camerounais des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe. « Au cours de cette audience, elle a remis au ministre des Transports, une lettre dans laquelle le constructeur brésilien des aéronefs « Embraer » manifeste son intérêt à apporter sa contribution dans le cadre du plan de redressement de la compagnie aérienne nationale Camair-co », indique le communiqué du ministère. Il faut préciser que le constructeur brésilien dispose de la deuxième flotte d’avions la plus importante en Afrique derrière Boeing. Et comme l’affirmait l’an dernier Raul Villaron, l’ancien vice- président d’Embraer commercial aviation pour le Moyen Orient et l’Afrique : » il y a dix ans de cela, nous avons seulement 40 avions sur le continent aujourd’hui, nous comptons plus de 200 avions opérés dans 25 pays africains par 50 opérateurs ». L’Ukraine au secours du Cameroun Les négociations entre la Camair-co et Johnny K, compagnie ukrainienne auront été longues. Ouvertes en 2019, elle ont finalement débouché sur la conclusion d’un contrat de leasing d’un Boeing 737 pour exploitation . Une belle affaire pour Camair-co dépourvue de flotte long et moyen courrier depuis belle lurette. Cet aéronef en provenance d’Ukraine a foulé le tarmac de l’aéroport international de Douala le 25 septembre dernier. Il faut dire que le contrat conclu entre Camair-co et Jonny K prévoit également les services de l’équipage affecté au Boeing loué. Mais si l’atterrissage de cet avion est porteur d’espoir, la situation au sein de la Camair-co reste préoccupante : conflits d’intérêts, climat social explosif, arriérées de salaires, flotte quasiment inexistante, licenciement du personnel, dette abyssale… La limitation des vols suite à la fermeture des frontières dans le cadre de la lutte contre le Covidl9 complique davantage des activités de la Camair-co, obligée de s’accrocher sur la bourse du gouvernement pour rebondir. Toute chose qui renvoie la relance aux calendes grecques. A l’issu du conseil d’administration de la Camair-co du 27 Mai 2019, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, le Président dudit conseil et ministre des Transports avait instruit la mise en œuvre d’un plan d’urgence de la restructuration de la compagnie. Plan qui prévoyait entre autres, la réduction des fréquences et des dessertes non rentables, une stabilisation de la flotte, avec au moins 1 MA60, 1 Q400, 1 Boeing737 et un autre avion de location, une reconstruction de la flotte de la compagnie à très moyen terme avec l’acquisition d’au moins 2Boeing 737Ng en échange. Lors du conseil d’administration du 15 Mai 2020, il a de nouveau recommandé au top management de la Camair-co, Li location illico presto d’un Boeing Paul Biya en rescousse Dans une correspondance adressée par le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République au Premier ministre en date du 14 juillet 2020,1e président de la République a, cette fois, instruit l’ouverture du capital de la Camair-co à un partenaire privé : « le Chef de l’Etat demande au Premier ministre, Chef du gouvernement, d’élaborer en urgence, en collaboration avec le ministre des Transports, le ministre des Finances, le ministre du Travail et de la sécurité sociale, Camair-co, la Cameroon civile aviation authority « Ccaa », un plan de restructuration, de relance et de développement de la compagnie, dans l’optique d’ouvrir son capital social à hauteur de 51% à un partenaire stratégique privé conformément à l’article 5 du décret du llSeptembre 2006 portant création de la Camair-co », indiquait la correspondance. Par la même, le chef de l’Etat rappelait qu’une allocation de 15 millions de francs Cfa avait été autorisée afin de sortir la Camair-co de la zone de turbulence. Le coup de pousse financier devait servir à la mise en maintenance de l’un des Boeing 737-700Ng, l’acquisition de deux aéronefs Dash Bombardier Q400, et la location de deux moteurs de dépannage du Boeing 737-700Ng de la Camair-co. D’où le contrat de leasing du Boeing 737 ukrainien facilité par le ministre des Finances à travers plusieurs versements de la Camair-co. Cet appareil succède à la rupture d’un précédent contrat entre la compagnie camerounaise et la compagnie aérienne émiratie Abu Dhabi aviation.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App