[Économie] Camair-Co : la politique de subvention de l'État au scanner

A travers un avis de sollicitation des manifestations d’intérêt qu’elle vient de lancer, la Cameroon civil aviation authorithy (Ccaa), s’interroge si celle-ci favorise globalement le développement du trafic aérien. Le gouvernement réfléchit à redorer le blason du transport aérien. Pour cela, la Cameroon civil aviation authorithy (Ccaa) a lancé le 16 avril dernier, un avis de sollicitation des manifestations d’intérêt, en vue du recrutement d’un consultant pour l’étude de faisabilité du développement du transport aérien. Le Cameroun a reçu un financement de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (Bird), et a l’intention d’utiliser une partie du montant de ce crédit pour effectuer les paiements au titre du contrat sus-évoqué. Le consultant devra proposer une stratégie cohérente et détaillé pour le développement du transport aérien au Cameroun, y compris l’aviation générale. Il devra notamment proposer des orientations stratégiques, les lignes directrices en matière de politique nationale du transport aérien, de supervision technique et économique du secteur, de formation, d’accès aux marchés du transport aérien, de développement des dessertes aériennes, de concurrence domestique, régionale et internationale, de taxes et redevances aéronautiques et extra aéronautiques, et d’infrastructures. Matrice d’actions détaillée La stratégique devra inclure ne feuille de route, ainsi qu’une matrice d’actions détaillée, chiffrée, basée sur les résultats et permettant de répondre aux besoins et à la demande, une liste ordonnée et justifiée d’actions et de projets priorisés, de délais raisonnables pour le montage, l’exécution et le financement desdits projets. La matrice d’actions devra identifier les différentes parties prenantes, les responsabilités de chacune d’elles dans la réalisation de chaque action ou projet. Les projets devront être décrits en détail et leur priorisation devra reposer sur des critères que le consultant proposera pour validation. Une attention particulière sera portée au réseau d’aéroports domestiques et internationaux qui doivent être actifs, complémentaires, permettre de répondre à la demande, et de générer des bénéfices économiques et sociaux. Cela inclut le développement d’un hub sous régional ou continental dans la région du littoral, et l’adaptation intégrée et parallèle des infrastructures et services aéroportuaires et de navigation aérienne stratégiques aux fins de soutenir le développement du tourisme et des économies locales et nationale. Le consultant identifiera les aéroports nécessitant une planification plus détaillée (plans directeurs d’aéroports). La stratégie devra indiquer les voies et moyens d’accroître l’attractivité des plateformes existantes, d’augmenter le nombre de compagnies les desservant et te nombre de vols .domestiques, régionaux et internationaux vers et au départ du Cameroun. Les considérations environnementales seront systématiquement prises en compte. En particulier, le consultant retenu devra réaliser un diagnostic préliminaire de la situation actuelle du transport aérien au Cameroun dans les dernières dix années (aspects institutionnels, environnement macroéconomique, infrastructures de transport aérien, trafic aérien fret et passagers, liaisons aériennes, tourisme, services aéroportuaires et de la navigation aérienne, accords aériens, réseau distribution, performances de sécurité et de sûreté, enjeux et perspectives … etc). Comparaison des performances Le diagnostic inclura des prévisions de trafic à moyen et long et terme, notamment à l’horizon 2035. Il devra aussi comparer les performances du secteur du transport aérien du Cameroun avec celles des pays de niveau de développement similaire et proposer toutes les mesures, de toute nature, nécessaires à l’amélioration de la qualité et de la compétitivité actuelle des services de transport aérien, l’augmentation prévue du trafic aérien. Par ailleurs, il devra proposer, si nécessaire, une évolution du cadre réglementaire, organisationnel et opérationnel pour la mise en œuvre effective des missions de supervision technique et économique desdits services, ainsi que les modalités de cette mise en œuvre ; Il va non seulement examiner la politique et les conditions/standards d’accès aux marchés du transport aérien des passagers et de fret par des investissements privés/ publics, nationaux et internationaux, mais aussi examiner l’état des principales infrastructures et installations aéroportuaires. Identifier les besoins en réhabilitation et en construction, et évaluer les coûts. En outre, il devra évaluer les capacités aéroportuaires existantes (terminaux passagers et fret, parkings véhicules et avions, pistes et bretelles), déterminer les besoins pour les 15 prochains années, afin de répondre à la demande. En outre, analyser, sur une période couvrant les cinq dernières années, l’environnement opérationnel, les caractéristiques fet la performance de services fournis par les principales compagnies aériennes desservant le pays sur les principaux segments de marchés (origines destinations, paires de villes, tourismes, affaires, loisirs … etc.). Enfin, le consultant retenu sera chargé d’examiner la politique de subvention du gouvernement à la compagnie nationale et indiquer si cette politique favorise globalement le développement du trafic aérien. Il indiquera le niveau et la qualité de la concurrence des services aériens au Cameroun, et indiquer si nécessaire les mesures .i envisagei pum parvenir à une compétition de type « a level playing field». Les consultants peuvent s’associer avec d’autres firmes pour renforcer leurs compétences respettives en la forme d’un groupement solidaire ou d’un accord de sous-traitant. Les manifestations d’intérêt doivent être déposées en cinq (05) exemplaires, au plus tard à la fin du mois en cours. Camair-co, un risque fort pour le budget L’Etat a reconnu que la situation de Camair-co représente un « risque fort » pour le budget. Il ressort de l’analyse que la situation financière de la Camair-co est très préoccupante et ses dettes constituent des passifs conditionnels pour l’Etat. La situation actuelle de cette entreprise d’après la Commission technique de réhabilitation des entreprises publiques (CTR), nécessite que des mesures adéquates soient prises en vue de l’amélioration de la gouvernance, sa recapitalisation, l’apurement de ses dettes, la maîtrise de ses charges et l’amélioration de son chiffre d’affaires. Dans ce contexte, au cours de l’exercice 2019, des mesures ont été entreprises par Camair-co. Il s’agit notamment de la poursuite de la maîtrise des charges de l’entreprise, l’ouverture d’une deuxième plateforme de correspondances (hub) à l’aéroport de Garoua afin de densifier les opérations dans le Nord Cameroun et envisager l’opérationnalisation des dessertes régionales sahéliennes. L’Etat pour sa part propose la restructuration de la dette de Camair-co à travers des négociations avec les créanciers nationaux de Camair-co, aux fins de la transformation en actions de tout ou partie de leurs créances des moratoires de remboursement des différentes dettes d’entreprises. Toutefois, une réflexion stratégique sur les conditions techniques et opérationnelles de la viabilité de cette entreprise qui évolue dans un environnement très concurrentiel et hautement capitaliste est en cours.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps