[Économie] APE Cameroun-Union Européenne: Le Cameroun veut tirer le meilleur profit

Le Cameroun ambitionne d’accroître ses exportations vers l’Union Européenne. A cet effet, il faut mobiliser le montant de 566 milliards de FCFA. Une recommandation donnée par la Stratégie nationale de mise en œuvre de Tape conclu avec le groupement des 27. A cet effet, la stratégie adoptée au cours d’un atelier présidé par le président du Comité de suivi de la mise en œuvre de l’APE bilatéral, Jean Tchoffo, propose notamment d’accroître et de diversifier les exportations du Cameroun vers l’UE, en veillant à la qualité et à la quantité des produits locaux, d’améliorer la compétitivité des entreprises par la réduction des coûts de facteur de production, la réforme du climat des affaires ainsi que le renforcement des capacités des opérateurs économiques, de choisir quatre à cinq produits dans les filières porteuses à insérer dans les chaînes de valeur mondiales. Le tout pour un montant évalué à 566,5 milliards de FCFA. Indispensable diversification de l’économie et augmentation des exportations Pour le chef de la section Commerce de l’UE au Cameroun, Filippo Amato, « cette stratégie est essentielle pour s’assurer que le Cameroun va tirer le plus de bénéfices possibles de l’APE. Le défi est de diversifier l’économie et d’augmenter les exportations et de permettre au pays de faire partie des chaînes de valeur internationales. Pour cela, il faut une bonne stratégie et forte coordination entre toutes les parties prenantes bénéficiaires et toutes les composantes gouvernementales qui doivent en assurer la mise en œuvre. » Les attentes des opérateurs économiques Tout ceci est bien beau. Mais les principaux acteurs que sont les opérateurs économiques, vont juger l’efficacité de cette stratégie aux résultats qu’auront produit ses actions. Ainsi, le secrétaire exécutif adjoint du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), Vincent Kuete réitère ses attentes, « des engagements et des actions concrètes aussi bien de la part du gouvernement que de l’UE pour accompagner la mise en œuvre de cet accord, notamment sur le volet développement et les aspects liés à l’amélioration du climat des affaires, à la mise à niveau des entreprises et au programme de développement sectoriel en général. Nous avons une grosse problématique sur le climat des affaires, nous avons le dialogue public-privé qui est aujourd’hui ne produit pas les résultats qu’on attend. »

Website to visit

Social

  • Mobile Apps