[Économie ]8766 salariés dans le viseur du Minfopra

Dans un communiqué datant du 14 février 2020, le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative (MINFOPRA) Joseph Le constate les absences irrégulières de 8766 salariés. Dans le cadre du Comptage Physique du Personnel de l’Etat (COPPE) soutenu par les décisions N°002603 et N°002604 du 30 décembre 2019, le MINFOPRA Joseph Le a constaté les absences irrégulières de 8766 salariés. 3721 agents de l’Etat relevant du Code du Travail et 5045 fonctionnaires sont pointés du doigt par le Ministre Le. Il invite les intéressés à consulter les listes disponibles sur le site web du MINFOPRA et de se rapprocher de ses services compétents.Les intéressés disposent d’un délai de 30 jours pour justifier leurs absences. Joseph Le se dit prêt à prendre des sanctions contre ces derniers. Selon un cadre de l’administration camerounaise ayant requis l’anonymat, est considéré comme un abandon de poste une absence non justifiée et prolongée d'un fonctionnaire ou d'un contractuel de la fonction publique. Une absence injustifiée est une absence qui n'a pas été autorisée (comme un congé payé), et qui n'est pas prouvée par un justificatif (un arrêt de travail signé par un médecin par exemple). Pour être considérée comme un abandon de poste, l'absence doit être prolongée de plusieurs jours. Un fonctionnaire ou un contractuel de la fonction publique qui est absent de son poste de travail depuis plusieurs jours sans aucune justification, peut recevoir de la part de l'administration une mise en demeure de rejoindre son poste. L'abandon de poste par un fonctionnaire ou un agent public est une notion jurisprudentielle. En abandonnant son poste, un agent rompt, de sa propre initiative, le lien qui l'unit à l'administration.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps