Désordre Urbain: Paul Atanga Nji en séance de travail avec les motocyclistes à Douala

Le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, s’est rendu à Douala le jeudi 6 juin, où il a rencontré des motocyclistes du secteur commercial, pour leur faire part de ses préoccupations en matière de sécurité dans la région. Son message à ces motards était de les remercier d’être respectueux des lois du pays, en refusant de se joindre aux manifestations organisées par le parti de l’opposition, le Mouvement de la Renaissance camerounaise, MRC de Maurice Kamto. Il a déclaré que ces motocyclistes étaient responsables devant l’État, d’où l’obligation d’obtenir des documents d’identité dans leurs différentes municipalités de la région du littoral. Il les a mis en garde de ne pas adhérer aux appels lancés par le MRC, leur demandant de se concentrer sur leur profession au lieu de “se retrouver dans le pays appelé si j’avais su”. Le gouvernement reste préoccupé par la rébellion des membres du MRC qui ont constamment ignoré les interdictions de manifester. Pour Atanga Nji, bien que la région du Littoral reste contrôlable en termes d’insécurité, le seul problème est celui des mauvais perdants (militants du MRC), qui ne veulent pas accepter la réalité. « La région est calme, tout est sous contrôle mais le gouverneur et les autorités administratives, ainsi que les forces de l’ordre restent vigilants. Ils ont fait un travail formidable pendant les élections présidentielles, mais ceux qui ne savent pas ce qu’est le fair-play sont qualifiés de mauvais perdants. Ils ont perdu les élections mais ils donnent l’impression qu’ils ont encore quelque chose à offrir. C’est très dangereux et nous leur disons que ceux qui respectent la loi n’auront aucun problème mais ceux qui pensent pouvoir défier l’autorité de l’État rencontreront le bras lourd du gouvernement », a déclaré le ministre. Le ministre a également tenu une réunion avec les administrateurs sur la sécurité et des forces de maintien de l’ordre dans la région, où il a déclaré que la situation en matière de sécurité permettait aux personnes de vaquer à leurs activités quotidiennes, sans difficulté. Le ministre a également évoqué le problème de la circulation de drogues illicites au sein de la jeune génération. « Dans les écoles primaires et même les universités, nous nous sommes rendu compte que de nombreux médicaments circulaient parmi les étudiants. Nous avons donc organisé une réunion d’évaluation pour déterminer l’origine de ces médicaments », a-t-il déclaré. Il a révélé qu’une synergie avait été créée pour ceux qui font circuler ces drogues dangereuses en particulier dans les locaux de l’école.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App