[Culture] Boycott des artistes : K-Tino demande pardon à tous les Bamilékés

L’artiste K-Tino a profité de la célébration de la Journée internationale de la femme pour présenter ses excuses au peuple de la région de l’Ouest. La Journée internationale de la femme (Jif) a permis à K-Tino de régler son différend avec le peuple Bamiléké vivant dans la région de l’Ouest. Dans une publication faite sur sa page Facebook, l’artiste communément appelée “la femme du peuple” s’excuse auprès de “ses enfants” Bamiléké. La raison de ses excuses, elle la mentionne dans ladite publication. «J’ai profité de la semaine de la femme pour continuer de me mettre dans la peau de la maman, cette femme rassembleuse que j’ai toujours été pour demander pardon à genou à mes enfants issus de la région de l’Ouest que j’avais blessés à l’une de mes sorties après les attaques de certains de mes enfants en France», écrit K-Tino. Voulant montrer qu’elle n’a pas de ressentiment contre le peuple de l’Ouest, K-Tino précise qu’il y au moins de Bamilékés qui font partie de son équipe. «Je le dis ici encore seulement PARDON mes chers enfants, pour votre gouverne, j’ai un enfant issu de l’Ouest, mon équipe a au moins deux enfants issus de cette région, ils ont toujours été loyaux envers moi…Je me suis libérée, je demande pardon à tous ceux que j’ai blessés dans ma vie. Votre maman bonheur qui vous aime», écrit-elle. Boycott des artistes Rappelons que K-Tino fait partie des artistes contre lesquels la Brigade anti-sadinards (Bas) avait lancé un mot d’ordre de boycott, à la période de l’élection présidentielle de 2018. Après avoir presté au concert que le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) avait organisé à la veille du 7 octobre 2018, l’artiste est devenue la cible de la Bas. La Brigade a reproché à “la femme du peuple”, le fait d’être aller prester dans un évènement du Rdpc. K-Tino s’était trouvée dans l’obligation d’annuler un concert prévu à Paris le 31 octobre 2018.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps