Crise Anglophone :la solution passe par la CPI selon international crisis group

L’Ong qui accuse le gouvernement de refuser le dialogue, dénonce l’intransigeance des belligérants. Dans le rapport qu’il a publié ce 02 mai 2019, International crisis group (Icg) écrit que « depuis septembre 2018, les forces de sécurité ont pu reprendre la main face aux séparatistes : elles leur ont infligé de lourdes pertes et ont éliminé plusieurs de leurs chefs opérationnels. Mais elles ne parviennent pas à sanctuariser les villes ni à reprendre le contrôle des localités rurales ». Ainsi, malgré le fait que « l’Etat a déployé depuis fin 2017 des renforts militaires et policiers par milliers, l’unité d’élite de l’armée (Bataillon d’intervention rapide), des forces spéciales nouvellement créées », ainsi que le renfort de ses moyens logistiques avec des blindés et des hélicoptères récemment achetés aux Emirats arabes unis, à l’Ukraine et à Israël, l’Ong observe que «la situation dans les régions anglophones ne cesse de se détériorer ». Pour preuve, en cette troisième année de crise, le conflit commence à gangrener les régions voisines, avec déjà « une vingtaine d’attaques et d’incendies ayant fait une quinzaine de morts et d’importants dégâts matériels », dans les départements de la Menoua, des Bamboutos et du Noun (Ouest) et les villes de Njombe Penja, Mbanga et Mpenda Mboko (Littoral).

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App