Coupe du monde féminine 2019: 30 lionnes en stage.

Après l’avoir quitté mercredi dernier, la sélection nationale féminine de football a repris hier ses quartiers au Centre d’excellence de la Confédération africaine de football à Mbankomo. Pour ce deuxième regroupement préparatoire à la Coupe du monde France 2019, le sélectionneur national, Alain Defrasne Djeumfa a joué les cartes de la stabilité et de la continuité. Contrairement au premier stage qui s’est déroulé du 5 au 27 février, ce ne sont pas 32 mais plutôt 30 joueuses qui ont été convoquées. Comme l’effectif, la durée du stage sera réduite puisqu’il va s’étendre jusqu’au 17 mars prochain seulement. Lundi dernier, face au ministre des Sports et de l’Education physique, le Pr Narcisse Mouelle Kombi, le sélectionneur national évoquait la difficulté d’avoir les joueuses professionnelles à sa disposition. Notamment pour l’harmonisation du programme de travail. Qu’à cela ne tienne, il a de nouveau fait confiance au cru local. Des footballeuses actuellement en pré-saison, parmi lesquelles on retrouve des vieilles habituées de la sélection nationale fanion. Il s’agit en l’occurrence des recrues d’Amazone Fap que sont Augustine Ejangue Siliki, Ysis Sonkeng, Geneviève Ngo Mbeleck et Henriette Akaba. Pour le reste, on retrouve ce qui se fait de mieux au sein de Louves Minproff et Awa girls football de Yaoundé notamment. Parmi les 30, Brigitte Omboudou qui évolue chez les Nigérians de Delta Queen’s fait office de seule joueuse évoluant hors de nos frontières. Lors du premier regroupement, les principales actrices ont loué le suivi nutritionnel et l’intensité des séances d’entraînement. Une emphase athlétique et des qualités d’endurance qui ont été saluées par l’encadrement technique.

Social

  • Mobile App