Contre-Attaque de kamto:Mgr Mbarga livre les manifestants a Paul Biya

Pour protester contre le braquage électoral de Paul Biya, les Camerounais chrétiens ont choisi le jour du dimanche pour aller porter leurs prières et leur colère devant la cathédrale de Yaoundé. Alors que l’évangile recommande aux hommes d’église d’être du côté de la victime et des faibles, Monseigneur Mbarga, ami intime de Paul Biya et soutien indéfectible des bourreaux, a fait appel aux forces de sécurité pour venir arrêter les manifestants. Environ quinze chrétiens manifestants, qui après la messe du dimanche 28 octobre 2018 avaient brandi sur le parvis de la cathédrale des bouts de papiers sur lesquels on pouvait lire “Non au hold-up électoral”, ont été brutalisés par des hooligans du régime et ont arrêtés par la police. Conduits à la direction régionale de la police judiciaire du centre, auditionnés en l’absence des avocats pour plusieurs d’entre eux, ils sont introuvables ou cachés dans divers endroits qui sont inaccessibles à leurs familles et aux défenseurs des droits de l’homme. Les avocats constitués se sont rendus dans les services de la police ce lundi matin pour être informés des lieux de leur détention, prendre connaissance de la plainte de Monseigneur Mbarga et les charges retenues contre ces chrétiens qui ne réclamaient que la justice et l’aide de l’église. Depuis leur arrestation le dimanche 28 octobre 2018 au matin, ces manifestants pacifiques qui n’avaient pas d’armes et qui n’ont pas vandalisé l’église, n’ont ni r mangé, ni bu. Ils n’ont pas pu prendre de douche. Parmi eux, il y des femmes dont les enfants sont en pleurs. L’équipe d’avocats qui s’est constituée spontanément a vu toutes ses requêtes légitimes rejetées par la police. Manifestement, le régime a choisi la maltraitance et la torture psychologique pour espérer faire retomber les contestations. Monseigneur Sardinard Mbarga, déjà décrié pour ses escroqueries et ses comportements peu catholiques comme dans d’autres occasions tragiques, a choisi de défendre le mensonge d’État. Sa position lors de l’assassinat de Monseigneur Balla dont le corps a été jeté dans le fleuve Sanaga, est restée très ambiguë. Pendant que le Cardinal Tumi et Monseigneur Kléda ont pris les distances avec le régime et dénoncent les fraudes électorales, Monseigneur Sardinard Mbarga lui, aide le régime à embastiller les manifestants. À l’instar des prêtres sacrificateurs de l’époque de Jésus Christ, Monseigneur Sardinard Mbarga livre des jeunes chrétiens au tyran en prétendant qu’ils ont profané un lieu de culte. Pourtant, même en période de guerre et de catastrophe, c’est dans les églises que les populations se réfugient. En Europe, les sans-papiers et sans-abri ont souvent élu résidence dans les lieux de culte pour échapper à la police. Mais au Cameroun, c’est Monseigneur Sardinard Mbarga qui est le premier agent secret du régime et espion du régime au sein de l’église.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App