Claude Wilfried Ekanga Ekanga : « ils ne sont qu’au début de leurs nuits blanches. »

Parallèlement aux récentes sorties remarquées du professeur Maurice Kamto, il s’est tenue en Allemagne une « conférence de Berlin », réunissant des camerounais de tous bords, pour une réflexion sur l’avenir du Cameroun sans Paul Biya. Présent à cette rencontre, Claude Wilfried Ekanga Ekanga nous livre ses sentiments. Pendant que le Professeur électrise les foules au Cameroun, la diaspora s’est mobilisée pour lui en Allemagne. C’est ce qu’on appelle « être en emphase ». Bref les conclusions sont absolument confidentielles. Nous ne voulons pas que les sardinards à l’écoute en fassent mauvais usage comme l’exige leur médiocrité. Le plan de résistance contre la fraude du RDPC continue donc son chemin comme prévu depuis le début de ce combat. Car il faut être droit dans ses convictions et ne pas serpenter comme un sentier mal fait. Mais quand on se sert de sa tête, on aboutit à de grandes idées. La révolution, la vraie, ce n’est pas celle des canons de fusil ou des coups de poings. La révolution, la vraie, c’est la révolution intellectuelle. Et elle concerne tous les plans : en plus du politique, l’économique, et les actions sociales. C’est par cette sublime stratégie que ce grand homme séduit autant autour de lui, et qu’on observe ces marées humaines à son passage. Ça ne va pas plaire aux jaloux, mais il est à l’heure actuelle, l’homme le plus aimé de nos compatriotes. D’où la mobilisation haineuse à son égard. Ca va de pair. Ça les énerve qu’on persiste dans l’action contre le hold-up, mais ils ne sont qu’au début de leurs nuits blanches. On n’a aucune intention de les laisser dormir en paix tant que la requête n’aboutira pas. Ne vous y trompez pas : l’avenir, c’est le MRC. A la même heure dans un an, ce n’est plus un parti qu’il dirigera, mais une véritable machine humaine, tant en nombre qu’en qualité. Claude Wilfried Ekanga Ekanga

Social

  • Mobile App