Cameroun-yaoundé:98 corps abandonnés à la morgue de l'hôpital central

Parmi ceux-ci quatre victimes de la catastrophe ferroviaire d’Eséka figurent dans la liste publiée par la direction de cette formation sanitaire. Décédé le 21 octobre 2016 suite à la catastrophe ferroviaire d’Eséka, la dépouille du nommé Nsouegni se trouve encore à la morgue de l’hôpital central de Yaoundé. Trois autres dépouilles de cette catastrophe encore non identifiées, sont toujours gardées dans l’ancienne morgue de l’hôpital central de Yaoundé. Dans un communiqué publié hier dans Cameroon tribune, le directeur de l’hôpital invite les familles des victimes à passer à la morgue pour l’identification desdits corps et procéder à l’inhumation. Dans cette liste figure 94 autres dépouilles. La plupart de ces corps ont été déposés à la morgue entre 2014 et 2018 par les services de la police et de la gendarmerie. Il s’agit des personnes victimes des accidents de la circulation et des agressions mortelles. Joint hier au téléphone, le Dr. Joseph Pierre Fouda, directeur de l’hôpital central de Yaoundé affirme qu’il s’agit d’une formalité qui consiste à inviter les familles pour identification. Au cas où ces familles ne passent pas identifier leurs corps dans un délai de dix jours, la direction de l’hôpital central prendra toutes les dispositions avec d’autres services pour que ces corps soient remis à la mairie pour inhumation.

Social

  • Mobile App