Cameroun : situation sécuritaire au scanner

Sur instructions du chef de l’État, chef des Armées, le Mindef a présidé une première réunion d’évaluation de la situation sécuritaire du pays ce 11 mars 2019 à Yaoundé, en présence du Minat et des Officiers supérieurs. Un huis-clos de haut niveau. Cette première rencontre d’évaluation de la situation sécuritaire au titre de l’année 2019, vise à passer en revue les principaux défis sécuritaires qui préoccupent le Cameroun. Selon le ministre de la Défense, « la situation est globalement sous contrôle (…) dans le strict respect du sacro-saint respect du renforcement du lien Armée-Nation. N’en déplaise aux partisans de la désinformation ». Mais les menaces n’étant pas encore totalement écartées, Joseph Beti Assomo a réitéré l’engagement des forces armées. A aller jusqu’au bout de leur mission de rétablissement d’une paix intégrale. Les défis sécuritaires En tête, les tensions sociopolitiques dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. En effet, les revendications des sécessionnistes ont pris aujourd’hui une forme de terrorisme aux conséquences désastreuses pour les populations. Pertes en vies humaines, destructions des biens matériels et déplacements forcés, elles font face à des atrocités qui commandent de nouvelles approches de l’Armée.D’autres défis consistent en la maîtrise définitive de la secte terroriste Boko Haram à l’Extrême-Nord qui fait encore des incursions sporadiques. La même veille est de mise à l’Est du pays, à la frontière avec la RCA. Car le conflit se retrouve souvent sur le territoire camerounais. Aussi les forces armées doivent-elle mettre un terme au phénomène de prise d’otages avec demandes de rançons dans la région de l’Adamaoua. Il y a un grand espoir que les populations retrouveront bientôt leur sérénité d’antan.

Social

  • Mobile App