Cameroun :les transporteurs routiers veulent boycotter la fête du 1er mai

Ils ont fait parvenir au ministre du Travail et de la Sécurité Sociale une correspondance à cet effet.C’est une information relayée par le journal Le Messager paru le 26 avril 2019. Les transporteurs routiers veulent boycotter la fête du 1er mai. La raison étant qu’ils dénoncent la paupérisation des travailleurs des transports, par le gouvernement camerounais. Ils affirment que le transport routier clandestin qui a cours au Cameroun est encouragé par le gouvernement. Rappelons que le 25 avril 2019, dix des syndicats nationaux des travailleurs du secteur des transports routiers du Cameroun, ont tenu une conférence de presse commune. «Allez devant l’hôtel Hilton, toutes ces voitures appartiennent aux pontes du régime, aux magistrats et aux officiers en leurs rangs et grades. Ces véhicules ont pour unique pièce, la carte de visite du propriétaire que le chauffeur présente pour échapper à tout contrôle… Ces voitures aussi luxueuses soient-elles, devraient être peintes en jaune et avoir un numéro de portière. Vous voyez pourquoi nous disons que les pouvoirs publics sont complices du transport clandestin qui mène une concurrence déloyale aux vrais transporteurs, eux qui paient toutes les taxes au Trésor Public», a déclaré l’un des présidents de syndicats présents à la conférence de presse. Augustin Ngangoua, le président du Syndicat National des Conducteurs, des Transporteurs, Interurbains et Routiers du Cameroun (SYNACTUIRCAM), a indiqué: «ce qui justifie notre boycott à la 133ème fête Internationale du Travail, c’est le ras-le-bol que nous avons envers le transport clandestin… Nous sommes abandonnés à nous-mêmes, le transport clandestin va grandissant… Le gouvernement actuel n’est pas prêt à nous aider dans la lutte contre le transport clandestin».

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App