Cameroun : le raccordement du barrage crée des délestages à Ebolowa

Depuis deux mois, la ville a renoué avec de longues coupures d’électricité. La ville d’Ebolowa n’est décidément pas encore sortie de l’auberge. Depuis le mois de février dernier, les coupures d’électricité sont redevenues récurrentes dans la ville. En effet, il ne se passe pas une journée depuis cette période, sans que l’on assiste à une suspension brusque de l’énergie électrique dans la ville. Lesdites coupures allant généralement de 06h00 à 18h00, voir 20h00 du soir. Un vrai calvaire pour tous les secteurs d’activités et toutes les couches sociales. Couturiers, coiffeurs, promoteurs de secrétariats bureautiques, tenanciers des débits de boisson, ménagères. Parmi les petites et moyennes entreprises de la place payant le prix fort de cette sempiternelle crise énergétique, figurent en bonne place, les poissonneries, les salons de coiffure et les menuiseries de la ville. Sylvain Ebene est charpentier. Il se plaint de ce que pendant la longue coupure d’énergie dans la ville la semaine dernière, il n’a pu honorer à un contrat car faute d’électricité, impossible pour lui de raboter les planches. Conséquence, il a raté le marché. Pour Rodrigue Ekotto, promoteur d’un salon de coiffure dans la ville, « c’est la catastrophe, quand il y’a coupure d’électricité dans la ville, nous tournons à perte ». Memve’ele A la poissonnerie Congelcam sise au marché central d’Ebolowa, le gérant ne décolère pas, « nous sommes à plus de 90.000 FCFA de dépense en carburant par jour pour essayer de conserver nos produits, à cette allure, difficile de tenir ». Des dépenses supplémentaires pour une entreprise qui supporte déjà plusieurs charges, « impôts, électricité, salaires, loyer …etc.», à en croire le gérant. Le même calvaire est aussi vécu non loin de là. A la poissonnerie Big fish. Ici, l’on déplore régulièrement les pertes du fait des multiples coupures d’électricité dans la ville.Plusieurs produits halieutiques en décomposition. Un manque à gagner énorme pour l’entreprise. Quand on lui demande une estimation financière de ces pertes, Dieudonné Voundi, le gérant secoue la tête. Après un moment, le gérant tout en montrant du doigt les produits en état de décomposition dans les congélateurs, avance, « au moins 100.000 FCFA de pertes depuis la semaine dernière. C’est la faillite, à cette allure, nous sommes menacés de fermeture ». Depuis le début du mois de février, des coupures intempestives d’électricité sont de retour dans la ville d’Ebolowa. Les populations tirent le diable par la queue. Les petites entreprises en paient le prix fort. Lundi, 11 mars 2019, la cellule de communication d’Eneo a rendu public un communiqué informant les populations de certaines localités de la région du Sud que sur la demande d’EDC, des travaux de construction de la ligne Memve’ele-Mbalmayo devaient être effectués mercredi, 13 et jeudi, 14 mars 2019 sur la ligne 30 kv Mbalmayo Ebolowa de 8h à 17h. Pour la cellule de communication d’Eneo, il s’agit principalement du déroulage des conducteurs 90 kv transport Memve’ele.

Social

  • Mobile App