Cameroun-Akom 2:les populations réclament une route plus large et plus épaisse

Depuis la publication dans les réseaux sociaux de la correspondance du Ministre Directeur du Cabinet Civil de la Présidence de la République au Ministre des Travaux Publics relative à la signature du contrat lié au projet de construction de la route Ebolowa-Kribi passant par Akom II les populations de cet axe sont en colère et menacent de boycotter les prochaines échéances électorales. La dernière manifestation du ras le bol des populations a été porté le 8 Mars 2019 par les femmes qui ont défilé sans pagnes mais avec une pancarte exprimant leur contestation. Plusieurs autres actions et mesures sont menées et prises par les élites et les populations dans l’optique d’attirer l’attention des décideurs sur cette actualité brûlante. Pour Josué Zo’o Zo’o Amvene, président de la section RDPC Océan Sud-est Akom II, “j’ai personnellement adressé une lettre au Président National du RDPC pour attirer sa haute attention sur le péril que fait peser le retard du démarrage de ce projet sur les prochaines échéances électorales”. Sur le long des cent soixante-dix kilomètres de route reliant Ebolowa à Kribi les élites politique, administrative, sociales, les acteurs de la société civile, les religieux, chefs traditionnels, élèves et étudiants sont mobilisés sur cette affaire. Sur le forum Akom 2 United la mobilisation est à son comble. Tel un mot d’ordre, des stratégies sont évoquées et élaborées pour un démarrage dans les délais des travaux. Les populations réclament à cor et à cri une route de qualité et non une route au rabais. Selon Le Professeur Alain Roger Boulla Meva’a enseignant à l’Université de Dschang, “compte tenu de l’évolution du dossier et avec les initiatives prises par certaines personnes pour défendre nos intérêts j’ai lancé le mouvement touche pas à ma route qui a pour ambition de mettre la pression sur tous ceux qui de près ou de loin constituent un obstacle à l’aboutissement dans les normes de ce projet”. Un lobbying qui consiste à refuser catégoriquement un ouvrage de seconde zone étant entendu que c’est une promesse ferme du Chef de l’État. Une motion de soutien pour le démarrage immédiat du projet est d’ailleurs en circulation à travers le pays et à l’étranger. Pour Prosper Ejiji vice-président de la section RDPC Océan Sud-est Akom Il et conseiller municipal” mais le Président de la République a promis il réalisé. Toute personne qui s’interposera devra pouvoir affronter sa rigueur tenace”. Une mobilisation exceptionnelle pour un intérêt collectif. C’est bien la première fois que les populations de Njong Ngoto parlent ainsi d’une même voix. Pour la bonne cause.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App