Calixte Beyala se paye la tête de Bernadette Mebe Ngo'o.

Le cas de Bernadette NGO'O NGO'O incarcérée ce soir prouve une fois de plus - si bien besoin en était - que les épouses des hauts commis de l'État, ne doivent en aucun cas, profiter de la situation privilégiée de leurs maris pour faire des affaires, s'immisçant d'une manière pernicieuse dans la direction du pays, elles qui n'ont été ni élues, ni nommées par quiconque. Il conviendrait pour elles de prendre l'habitude de rester en marge de la chose publique. En adoptant cette posture, elles protègent très efficacement leurs familles en cas d'ennuis. Ces histoires, avouons le, assez médiocres, de location de ceci ou de cela, des marchés de ceci ou de cela, ces truchements par lesquels passent des femmes de personnalités pour s'enrichir sont autant de failles qui un jour ou l'autre, risquent de s'agrandir et d'engloutir toute la famille. En prenant cette posture digne, ces femmes des hauts commis d'États non seulement se mettent à l'abri des représailles, mais laissent l'opportunité à des personnes moins favorisées, appartenant à la société civile, de s'en sortir économiquement. Il s'agit là d'une façon subtile de procéder à une meilleure répartition des richesses dans la société ... Calixthe Beyala

Social

  • Mobile App