Barrage hydroélectrique de Memve'ele : mise en fonction.

Initialement prévue en juin 2019, la mise sous tension du Barrage hydroélectrique de Memve'ele s'est faite le dimanche 15 avril 3019 par le Ministre de l'eau et de l'énergie. Conscient de son déficit d’offre en électricité, le gouvernement du Cameroun a mis en place le Plan de Développement du Secteur en Energie (PDSEN). Un vaste programme d’aménagement du secteur énergétique pour la résorption du déficit en énergie électrique que connait ce pays de l’Afrique centrale, en course vers l’émergence fixée en 2035. Pour atteindre cette vision, le Cameroun s’est engagé dans plusieurs ouvrages hydroélectriques. Le barrage d’aménagement hydroélectrique de Memve’ele fait bien partir de ces grands projets structurants. En construction sur le fleuve Ntem au Sud du Cameroun, à proximité de la frontière avec la Guinée Equatoriale, le site de Memve’ele se trouve en zone périphérique du Parc National de Campo Ma’an (PNCM). L’emplacement proposé pour le barrage est en amont des chutes de Memve’ele. D’une capacité de production de 211 MW porté par quatre turbines « Francis », le barrage de Memve’ele est une centrale hydroélectrique, construit dans le village de Nyabizan, petite bourgade située dans l’arrondissement de Ma’an, département de la Vallée du Ntem, région du Sud. Le barrage hydroélectrique de Memve’ele est le seul capable de résorber le déficit énergétique sur le réseau interconnecté Sud à cause de la vétusté du barrage de Songloulou. Memve’ele est donc pour le moment, le seul barrage capable de seconder Song loulou. Son impact est direct sur le plan national car grâce à ses 211 MW, les problèmes d’électricité devraient être résorbés de façon substantielle. Non seulement, ce barrage a pour vocation de transporter de l’énergie sur le réseau interconnecté Sud mais aussi suscite une forte intégration sous régionale. Le barrage en lui-même a été mis en service depuis 2017, actuellement la seconde phase du projet qui consistait à l’implantation de 294 pylônes devant permettre d’évacuer, les 211 MW produits par le barrage jusqu’à Yaoundé, la capitale du pays vient d’être achevée. Les travaux consistaient en la mise en place des lignes de 225 KV de transport d’électricité, à la construction et l’installation de trois postes transformateurs d’une capacité de 225/90 KV dans les localités d’Ebolowa, Nkoumou et Ahala. L’ensemble de ces travaux s’est achevé la semaine passée. La mise sous tension de ce barrage est le point de départ de l'injection de nouvelles capacités dans le réseau interconnecté sud. La construction d'une nouvelle ligne de transport à partir de la centrale à gaz de Kribi, l'achèvement de l'usine de pieds de LOm Pangar, la construction des barrages de bini warak et nachtigal sont autant de projets qui vont permettre de résorber le déficit énergétique.

Social

  • Mobile App