Bamenda : les populations s'organisent contre les sécessionnistes

C’est pour cette raison que des quartiers tels que Ntasen, Mancho, entre autres, ont récemment tenu leur réunion de sécurité. Ils se sont montrés en état d’alerte et ont piégé ceux qui leur avaient donné des nuits blanches.«Oui, nous venons juste d'une réunion de sécurité avec le chef de quartier et quelques notables. Nous avons aussi formé un groupe de vigiles. Chaque propriétaire verse 1 000 FS par mois et chaque locataire 500 USD. Il s’agit d’aider à aider nos garçons qui seraient absents pendant les heures du couvre-feu », a déclaré l’un des résidents.La plupart d’entre eux disent qu’ils sont attaqués presque tous les jours et que leurs assaillants s’apprêtent à prendre une vie, si vous ne coopérez pas. "Des hommes armés de fusils et de machettes, attaquent les quartiers dans la nuit, vous demandent d'ouvrir votre porte. L’argent que vous avez à la maison. Ils font les recherches eux-mêmes et prennent votre argent », a raconté une victime.Des rapports récents suggèrent que certaines de ces attaques de vol entraînent le harcèlement sexuel et le viol.Les sécessionnistes ont nié avoir été associés à tous les vols, affirmant que leurs cartouches avaient été infiltrées par des voleurs et des groupes parrainés pour faire chanter leur mission. Cependant, d'autres quartiers de Bamenda ont encore peur et restent réticents à la création de ces groupes de sécurité.Aux premières heures du mardi 30 avril, des voleurs ont pénétré par effraction dans des maisons situées autour de la rue Mancho à Bamenda.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App