Ambam: Du flou dans la désignation des chefs traditionnels

Suite aux nombreuses plaintes de certains postulants et des élites le préfet de la Vallée du Ntem exige par correspondance officielle au Sous-préfet d’Ambam de lui dresser un rapport circonstancié sur les consultations de succession à la chefferie de Nlono. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. L’affaire remonte au 11 Mai 2019 lors des consultations traditionnelles d’usage en vue de la désignation du futur chef du village Nlono dans l’arrondissement d’Ambam. Le Sous-préfet Simon Pierre Atangana Ntsama avait comme à son habitude exigé des postulants le passage obligatoire à deux épreuves de sélection dont une dictée écrite et une épreuve d’aptitude sportive, la course. Ce que le collège des notables constitué d’hommes très âges a considéré comme une injure mieux une pratique ridiculisante. Une procédure qui selon le préfet de la Vallée du Ntem Anderson Quetong Kongeh ne cadre pas avec la loi N°77/245 du 15 Juillet 1977. D’après Sa Majesté Paul Abessolo Ngbwa Il président départemental du conseil des chefs traditionnels de la Vallée du Ntem, Chef du village de Tho Il ” je suis scandalisé par cette situation. C’est indigne le Sous-préfet ne doit pas appliquer cet article la dictée et la course n’existent pas c’est du chantage. L’article 8 de cette loi est clair même si le chef est analphabète, même si le chef est handicapé il peut avoir un porte parole le Sous-préfet ne doit pas corriger les copies et les lettres des chefs il doit plutôt sauvegarder la dignité des chefs .Comprenez bien ceci les chefs traditionnels de la Vallée du Ntem condamnent vivement cette pratique on doit respecter nos valeurs traditionnelles “. Une procédure qui date de 2018 à Ambam. On se souvient que les candidats aux postes de chefs de quartiers de New-Bell I,quartier Bamiléké et quartier haoussa étaient passés par là. Athanase Mbarga et Nana Bakary actuels chefs de quartier New-Bell I et quartier haoussa d’Ambam n’avaient pas échappé à cette règle. Une approche que le chef de terre avait tenté de justifier en son temps. Pour Simon pierre Atangana Ntsama sous-préfet d’Ambam”. C’est une approche qui a été mise sur pied par le décret du 15 Juin 1977 l’objectif ici est vraiment d’éviter toutes sortes de contestations qui ont souvent decoulées de la désignation des chefs traditionnels”.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App