Alice Sadio répond à Claude Abé

Ma réponse au professeur Claude Abé qui indexe ceux qui selon lui prétendent être les tenants de l'économie camerounaise alors qu'à la réalité, ils en sont les fossoyeurs car ne s'acquittant pas de leurs obligations fiscales << Ce sont ceux qui abordent le drame socioéconomique camerounais sous le prisme du #communautarisme qui sont hors sujet. Le problème étant #éminemment_systémique car le régulateur par excellence de l'ordre sociétal c'est l'État. Il ne saurait donc se prévaloir de ses propres turpitudes. Il ne saurait avoir d'ami encore moins d'ennemis. Or la complicité voire la coaction entre le système gouvernant et certains opérateurs économiques qui est de notoriété publique se fonde sur un malicieux partenariat "gagnant-gagnant" avec pour "principe" la tactique du "tu me tiens je te tiens..." Aux lendemains des années de braise, on sait exactement et nommément que ceux qui ont eu droit aux redressements fiscaux à tort ou à raison étaient exclusivement ceux qui avaient eu l'outrecuidance d'octroyer une bouffée d'oxygène à l'opposition. Les victimes avaient alors très vite retenu la leçon selon laquelle nous étions dans un État policier. D'où la course à des postes électifs les plus basiques qui soient...(maires conseillers municipaux, etc.), histoire d'arborer de manière non équivoque son appartenance au "bon parti". Sans oublier les " contributions" au forceps pour la gloire du Parti-État et la longévité au pouvoir du "Grand camarade"...

Website to visit

Social

  • Mobile Apps